Interface numérique

Interface numérique

Les challenges les plus attendus

 

Avec le développement massif des outils et supports numériques connectés, on assiste ces dix dernières années à la production, la diffusion et la circulation d’une grande variété d’œuvres interactives : une interface numérique évolutive.  Il s’agit en autre de web-documentaire, fiction interactive, narration ludifiée, livre augmenté, installation immersive et performative, dispositif de réalité augmentée, virtuelle, mixte, etc.

 

Au-delà de leurs spécificités, ces interface-films mélangent un flux audiovisuel linéaire et une interface graphique propre aux médias informatisés. Leur design d’interaction et design d’expérience utilisateur proposent à un utilisateur, joueur, interacteur ou encore « spectateur » de lire, visionner, manipuler, contribuer voire participer aux échanges. Quel que soit leur format, ces œuvres contribuent à renouveler la relation complexe entre instance d’énonciation, instance de réception et contenu hypermédia.

L’interaction pluridisciplinaire 

En outre, le design de ces œuvres hybrides nécessite la collaboration de professionnels appartenant à différents segments des industries culturelles tels que :

  • Auteur-réalisateur,
  • Journaliste,
  • Artiste,
  • Développeur,
  • Web designer,
  • Designer interactif,
  • Designer d’expérience utilisateur,
  • Game designer,
  • Designer graphique,
  • Community manager, etc.

Au cours du processus de conception, chaque acteur fait valoir son expertise selon sa culture professionnelle d’origine. Les manières de concevoir et de produire sont par conséquent intimement liées aux pratiques professionnelles et systèmes de valeurs véhiculés dans différents secteurs des industries culturelles et créatives. Or, comme en atteste une série d’études empiriques récentes, la réception et l’appropriation de ces œuvres interactives coïncident rarement avec les attentes et prescriptions d’usages des auteurs-concepteurs.

Des changements majeurs 

Dans bon nombre de cas — et cela quel que soit le budget de production ou l’importance de leur médiatisation — des difficultés ergonomiques et de construction de sens (sens making) font fréquemment obstacle à une expérience utilisateur satisfaisante. Ce constat est d’autant plus prégnant qu’une série de financeurs publics et privés (France Télévisions, Arte, CNC, Pictanovo, ONF/NFB, Tribeca Film Institute, etc.) ont amplement contribué à alimenter la filière des « nouvelles écritures » depuis une dizaine d’années.

Dans ce contexte, les informations présentées ici ont pour objectif d’identifier les apports et les limites des différentes manières d’écrire. Mais également de concevoir et produire une œuvre interactive. Il s’agit de questionner l’héritage culturel, l’efficience et la formalisation des manières de faire, processus et temporalités de fabrication.

En d’autres termes, la problématique générale de cet appel à contribution vise à interroger la pertinence des méthodologies de conception à la croisée de plusieurs disciplines dans tous les domaines d’application.

Nos questionnements 

Les internautes et professionnels sont notamment invités à explorer les questions suivantes :

Y-a-t’ il une méthodologie de conception qui prédomine sur les autres au sein des industries culturelles ?

De quelle manière les contextes et supports de consultation (casque de réalité virtuelle, navigateur web, application mobile, environnement immersif, etc.) orientent-ils le design des œuvres interactives ?

Quels sont les apports de connaissance attendus des tests utilisateurs menés au cours du cycle de vie du projet ?